Expédition dans le Taïmyr

Sibérie

Expédition dans le Taïmyr au printemps 2000

avec Louis Jammes (Galerie du Jour – Agnès b) pour la production d’une part d’un livre (texte + photos, en fait la volonté de donner un visage à chacun des 250 derniers nomades dolganes, répartis sur cet immense territoire en “brigades” d’entre 10 et 20 personnes environ). .. et d’autre part d’un film “ La Trace de Moloktchon”, film qui a été présenté lors d’une exposition en 2000 à la galerie Agnès b, ainsi qu’au Festival de Cannes (où il avait été sélectionné dans la rubrique “En avant”) .. mais qui pour des raisons complexes… n’existe plus, si ce n’est comme un film fantôme…

Notre expédition :

deux “burans” (motoneiges soviétiques) et deux traineaux attelés (pour y transporter toute la nourriture et le matériel nécessaire), avec Louis Jamme (photographe et organisateur), Constantin (Molodtchon, dernier conteur de ce peuple nomade animiste ou plus précisément animatiste, notre guide), Andreï (notre mécanicien russe, chasseur, trappeur et pêcheur), ainsi que moi-même… — with Louis James (photographe et organisateur de l’epédition) at Nous étions là dans la toundra à la recherche de Popigaï, lieu extraordinaire de quelques maisons et coeur de la culture dolgane…

Voilà quelques rennes fraîchement attrapés et prêts à être attelés au “ballock” (sorte de petite maison en bois, montée sur skis et recouverte de nombreuses couches de peaux de rennes et de bâches en plastic) dans laquelle chaque famille vie et se déplace environ tous les 3 jours pour suivre le mouvement nomade des rennes, “l’arguish” (nomadisme bi-annuel : du sud au nord au printemps et du nord au sud au printemps) et afin surtout de ne pas épuiser le lichen (vu que cette principale source de nourriture des rennes ne pousse que de quelques millimètres, environ 3 mms, chaque année)…

Une dextérité et une adresse incroyable pour attraper au lasso un renne en pleine course, ce qui n’est possible en fait – y compris comme là au printemps où il faisait environ – 25°, – 30° C – que grâce à leur lasso fait en boyau de rennes, seule matière précisément à ne pas geler et à rester suffisamment souple pour cet exercice…

Chasseur de loups… (le dernier chez les Dolgans – mai 2000) — at Taïmyr (extrême nord de la Sibérie).  Photo par Louis Jammes.

Peninsule de Taymir, Roussie